a

Facebook

Twitter

Copyright 2015 Libero Themes.
All Rights Reserved.

0492195150

Cabinet de Mandelieu

0494857982

Cabinet de Tourettes

Facebook

Twitter

Recherche
Menu
 

Pneus lisses | éviter l’amende et l’immobilisation

AVOCALEX > Accidents  > Pneus lisses | éviter l’amende et l’immobilisation

Pneus lisses | éviter l’amende et l’immobilisation


Pneus lisses | éviter l’amende et l’immobilisations  : Cet article vous explique ce qu’est un pneu lisse, comment l’usure prématurée survient, et comment éviter l’amende et l’immobilisation du véhicule.


Article actualisé le 28/03/2021

Temps de lecture : moins de 5 minutes

 

Les pneumatiques sont un des équipements d’un véhicule assurant sa sécurité lorsqu’il est en circulation.

 

Au-delà d’une certaine usure, ils n’assurent plus leur fonction de sécurité qui est, entre autre, de garantir une bonne adhérence du véhicule à la chaussée. Ils doivent alors être changés.

 

Plus un véhicule va rouler, plus la bande de roulement de ses pneus va subir une usure naturelle.

 

Sans être totalement lisse (stade ultime de l’usure), le pneu peut être simplement usé lorsque l’usure dépasse une certaine côte.

 

Un véhicule équipé de pneus usés (ou abîmés) ne doit pas rouler, sauf à être en infraction et encourir :

  • Une amende de 4ème classe comprise entre 135€ et 750€, généralement sanctionné d’une amende forfaitaire à 135€, minorée à 90€ ;
  • L’immobilisation du véhicule et sa mise en fourrière ;
  • Un refus de délivrance du contrôle technique, avec obligation de contre-visite ;
  • Une responsabilité pénale et financière, notamment en cas d’accident du travail ;
  • Pas de retrait de point en revanche.

 

 

Ce que dit la loi :

 

L’article R314-1 Code route dispose, pour toutes les voitures, les motos, les camions, ainsi que les véhicules de remorquage, que :

« Les pneumatiques, à l’exception de ceux des matériels de travaux publics, doivent présenter sur toute leur surface de roulement des sculptures apparentes.

Aucune toile ne doit apparaître ni en surface ni à fond de sculpture des pneumatiques.

En outre, ceux-ci ne doivent comporter sur leurs flancs aucune déchirure profonde »

 

La législation fixe la limite d’usure maximale d’un pneu, pour les véhicules automobiles et les remorques n’excédant pas 3,5 tonnes de poids total autorisé en charge, à 1,6 mm de profondeur des rainures principales (Art. 1er de l’arrêté du 18 septembre 1991 modifiant l’arrêté du 29 juillet 1970 relatif aux caractéristiques et aux conditions d’utilisation des pneumatiques des véhicules automobiles et de leurs remorques). Cette limite est rabaissée à 1 mm de profondeur pour les véhicules automobiles et les remorques excédant 3,5 tonnes.

 

Il ne doit exister, lors de la mesure de la profondeur des rainures principales d’un des pneumatiques les équipant, plus d’un point sur quatre où la profondeur mesurée soit inférieure à 1,6 millimètre. Les quatre points mesurés doivent être répartis à peu près uniformément sur la circonférence du pneumatique et situés à proximité des indicateurs d’usure.

 

Changement d’un seul pneu

 

La différence entre la profondeur des rainures principales de deux pneumatiques montés sur un même essieu ne doit pas dépasser 5 millimètres. Le cas se produit lorsque vous devez ne changer qu’un seul pneu du même train. Par exemple vous avez roulé sur un nid de poule et un œuf de pigeon est apparu sur son flanc, vous avez crevé et ce n’est pas réparable, ou encore le rainurage a disparu de la zone d’épaulement (côté latéral de chaque pneu). Oui mais voilà vos deux pneus étaient déjà légèrement usés.

En fonction de l’usure du pneu restant, il vous faudra changer le train complet.

Que vous ayez un, deux, trois ou quatre pneus lisses, il n’y aura qu’une seule amende. Ainsi, par exemple, avec quatre pneus lisses, vous serez verbalisé d’une amende forfaitaire de 135€ et non de 4 x 135€, soit 540€.

 

Mais quand les changer ?

 

L’indicateur/témoin d’usure

 

Les pneus sont tous équipés de témoins d’usure. Lorsque la zone de roulement supérieure du pneu commence à toucher ce témoin, c’est le signe que le pneu doit être changé. Lorsque ce témoin n’est plus du tout visible, le pneu est totalement lisse.

 

Pneu neuf   

 

Pneu neuf ayant une profondeur de rainurage central d’environ 7mm

 

Pneu totalement lisse

 

ATTENTION ! Ne pas confondre l’usure des rainures principales et avec celle des sculptures du pneu

 

On peut se dire que c’est la même chose. Mais en fait pas tout à fait car on a tendance à ne regarder que le rainurage central, là où sont positionnés les témoins d’usure. Alors même que le témoin du rainurage central peut ne pas être encore atteint, une partie des sculptures situées dans la zone d’épaulement du pneu peut disparaître et ne plus être apparente. Dans ce cas le pneu doit être changé.

 

L’usure et la disparition des sculptures latérales (zone d’épaulement) se produit généralement lorsque le pneu présente un défaut de géométrie (parallélisme, carrossage ou chasse) ou d’équilibrage.

 

Où mesurer la profondeur du rainurage ?

 

La profondeur doit être mesurée à l’endroit du rainurage, ou de la sculpture du pneu, où la profondeur est la plus faible. En général on la mesure au centre, sauf si d’autres parties du pneu, comme l’épaulement, sont plus usées.

 

Avec quoi mesurer ?

 

La mesure s’effectue avec une jauge. A défaut, il est possible d’utiliser une astuce à 1 euro. Insérez une pièce de un euro à l’endroit du rainurage des sculptures le plus faible. Si vous voyez dans son intégralité l’étoile côté face, la plus en bas, c’est que l’usure atteint sa limite.

 

On considère généralement qu’un pneu est usé, et lisse, au bout de 30.000 km. Cette distance n’est cependant pas une norme intangible. L’usure du pneu dépend de nombreux paramètres comme par exemple la qualité de la gomme dont il est fait, les surfaces sur lesquelles il a roulé (autoroute ou petites routes sinueuses ; revêtement routier), le style de conduite (une conduite sportive entraînant une usure prématurée), la pression des pneus, le déréglage d’un organe de direction ou de suspension.

 

Chaque véhicule use ses pneumatiques différemment. Chaque pneu monté sur un véhicule s’use même différemment l’un par rapport à l’autre. La forme et l’emplacement de l’usure renseigne alors sur la cause de l’usure prématurée.

 

Usure centrale

 

Un pneumatique bien réglé va user uniformément sa zone centrale de roulement ainsi que ses épaulements. Il durera plus longtemps et assurera au véhicule de rouler plus de kilomètres.

 

Une usure de la zone centrale de roulement, sans usure de la zone d’épaulement, traduit un pneu surgonflé.

 

 

Usure des épaulements

 

Epaulement droit normal

 

Epaulement droit usé. La sculpture demeure partiellement apparente en périphérie.

 

Epaulement droit totalement usé. La sculpture a disparu.

 

Epaulement droit avec usure anormale

 

Retarder l’usure des pneumatiques

 

L’usure des pneus peut être retardée simplement avec certains gestes à faire régulièrement :

  • La géométrie
  • L’équilibrage
  • La pression

 

C’est quoi la géométrie des pneus

 

Chaque fabriquant établit des préconisations d’utilisation de ses pneumatiques. L’une elles concerne l’ajustement des angles du pneu par rapport à la chaussée.

 

Deux angles doivent être particulièrement surveillés pour réduire l’usure des pneus :

 

  • le parallélisme: C’est la différence de distance mesurée (quand on regarde le véhicule d’en haut) entre l’avant et l’arrière des deux roues d’un même essieu (on trace un axe virtuel qui peut être parallèle « | | », en pincement « \ / » ou en ouverture ).
  • le carrossage: C’est l’inclinaison de la roue par rapport à sa verticale (quand on regarde le véhicule de face) (on trace un axe virtuel qui peut être perpendiculaire à la route  « | | », positif « \ / » ou négatif)

 

C’est quoi l’équilibrage des pneus

 

De par sa configuration, sa constitution, les dessins de ses structures de rainurage et leur positionnement, chaque pneus présente une répartition des masses différente (un côté du pneu sera toujours plus lourd que l’autre). L’équilibrage consiste alors à répartir le poids de la roue de façon uniforme sur toute sa surface de roulement. En pratique, le garagiste positionnera des contrepoids à certains endroits des jantes.

 

Pourquoi vérifier périodiquement la pression des pneus

 

Une mauvaise pression des pneus, outre qu’elle peut en causer l’éclatement, va augmenter les risques d’accident.

 

Surtout, une pression inadaptée va entrainer une usure prématurée du pneu.

 

Chaque constructeur de pneu fixe les normes à respecter en fonction de l’utilisation projetée. La pression n’est donc pas fixée une fois pour toute.

 

Comme les pneus perdent naturellement de la pression au fil du temps, et les conditions climatiques, cette pression doit être vérifiée au moins une fois par mois. Ils seront légèrement surgonflés en hiver, lorsque le trajet durera plus de 2 heures, en cas de traction d’une remorque ou d’une caravane (pneus arrières).

 

Pourquoi on roule avec des pneus usés

 

  • Par négligence et ignorance de la règlementation

 

Le code de la route contient toutes les informations nécessaires pour éviter de subir une usure prématurée et rouler avec des pneus lisses. Mais pour nombre de conducteurs, les règles du code ont été apprises il y a des années, voire des dizaines d’années. Autant dire qu’elles ont été oubliées.

 

Alors on ne prend pas les mesures qui s’imposent pour éviter l’usure prématurée. Faire une géométrie complète des deux trains de pneus avant et arrière, avec parallélisme et carrossage, coûte environ 120€ minimum. Pour certaines voitures, de petites cylindrées, c’est plus que le prix d’un train de deux pneus neufs.

 

  • Parce que ça coûte cher

 

Changer ses pneus représente pour certaines personnes une charge financière lourde, soit parce qu’elles n’ont pas l’argent, soit parce que les pneus coûtent très chers. Alors on attend. On continue à rouler. Mais au fait on attend quoi ? L’accident ou rencontrer les forces de l’ordre qui vont vous contraindre à les remplacer. Dans ce cas, le coût pourra être hors de proportion par rapport au coût du changement des pneus (amende, immobilisation, fourrière, transport en camion équipé d’un plateau, perte de temps pour s’en occuper).

 

 

Contester la verbalisation de l’usure des pneus

 

  • Il n’y a pas eu immobilisation

 

Si l’agent verbalisateur n’a pas indiqué la profondeur de la rainure qu’il a personnellement mesurée, les références et caractéristiques de l’instrument qu’il a utilisé (avec sa vérification périodique), vous pouvez contester l’avis de contravention. Au mieux l’Officier du ministère public classera l’affaire, au pire vous vous expliquerez devant le tribunal de police. Vous veillerez à prendre des photos et à solliciter une attestation écrite du garagiste qui changera le pneu, attestant que pour lui le pneu n’avait pas encore atteint son usure réglementaire.

 

  • Il y a immobilisation du véhicule

 

Là ce sera plus compliqué car avant de contester, il vous faudra faire établir que l’agent ou l’officier de police/gendarmerie a porté une appréciation erronée sur l’état de vos pneus. Du fait de l’immobilisation, vous devrez demander à un huissier ou un expert en automobile de se déplacer pour faire des constatations. Mais si le tribunal n’est pas convaincu, cela vous aura coûté entre 300€ et 500€, voire plus, plus l’amende qui sera plus élevée, plus le coût induit par l’immobilisation et, le cas échéant, son transport par un camion équipé d’un plateau. Sachant qu’en plus vous devrez tôt ou tard les changer du fait de leur usure normale.

 

  • Vos pneus usés sont responsables d’un accident

Avec des pneus usés, votre véhicule parcourra une distance plus grande pour s’immobiliser complètement.
Avec des pneus usés, par temps de pluie, votre véhicule fera de l’aquaplanage et sera incontrôlable.

 

S’il est établi que vous auriez pu éviter l’accident avec des pneus en bon état, surtout s’il a occasionné des dommages corporels, votre responsabilité pénale ne se limitera pas à une simple amende. L’état de vos pneus constituera une circonstance aggravante, pouvant vous faire encourir une peine de prison (généralement avec sursis) et une suspension de votre permis de conduire. Sans compter le risque que votre assurance ne rembourse pas vos dommages.

 

Pneus usés et assurance

En cas d’accident, l’expertise du véhicule est presque toujours effectuée : soit par l’expert de l’assureur, soit par un expert judiciaire (pour les accidents les plus graves entraînant l’ouverture d’une procédure pénale). Sur constat de l’état non conforme de vos pneus, et en fonction du rôle causal de ceux-ci dans la survenance de l’accident, l’assurance pourrait refuser de réparer votre préjudice ou de limiter votre indemnisation. En revanche, le tiers victime ne verra pas l’indemnisation de ses préjudices limitée de ce seul fait.

 

Les informations présentées ci-dessus sont d’ordre général et ne constituent ni une consultation juridique, ni des conseils juridiques ou techniques. Contactez un spécialiste du changement de pneumatiques qui vous donnera son avis sur l’état de vos pneus. Contactez-nous pour d’obtenir un avis actualisé du droit positif et de la jurisprudence sur votre situation juridique particulière.

 

Rédaction Me Nicolas SIMON DE KERGUNIC
Avocat

Aucuns commentaires

Laissez un commentaire